route66

GET YOUR KICKS ON ROUTE 66

JOUR 7 : Impossible d’aller sur la côte ouest des Etats-Unis sans passer par la mythique Route 66. Mais pourquoi est-elle si mythique ? Tout simplement parce qu’elle fût la première route à relier les Grands Lacs à la côte Pacifique. Elle prend son départ à Chicago dans l’Illinois et se termine à Santa Monica en Californie (Elle traverse donc 8 Etats : Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau-Mexique, Arizona et Californie). Son créateur est Cyrus Avery, un homme d’affaire originaire de l’Etat de l’Oklahoma. A l’époque de sa création en 1925, le réseau routier américain et flou et peu aménagé. Cyrus Avery décide alors de présenter à l’Américan Association of State Highway Officials un projet de réseaux routiers qui reliraient les Etats entre eux.

route66-3

NAISSANCE DE LA ROUTE 66

La route 66 voit alors le jour en 1936 et est surnommée Main Street of America, la grande rue de l’Amérique ou The Mother Road, par Steinbeck dans Les Raisins de la Colère. Vers la fin des années 30, les paysans d’Arkansas et d’Oklahoma font faillite. La Grande Dépression de 1929, le Dust Bowl (une vague de sécheresse et de nombreuses tempêtes de poussières) et l’arrivée du tracteur, poussent les paysans à quitter leur terre pour rejoindre la Californie, vue comme une terre promise. Ils empruntent alors la Route 66 pour leur exode. Dans les années 40 et 50 la route va servir pour acheminer du matériel militaire. Elle dessert de nombreux parcs nationaux et devient un itinéraire de choix pour les nouveaux vacanciers. Suite à son engouement, des commerces commencent à fleurir tout autour, ainsi que des motels, stations services ou cafés. Les villes commencent à grossir et leur économie devient plus prospère.

route-66-1

DECHEANCE D’UNE ROUTE MYTHIQUE

En 1953, à son arrivée à la présidence américaine, le Général Dwight Eisenhower lance un nouveau modèle routier. Il se base sur les autoroutes Allemandes et propose l’Interstate Highway System. L’idée est d’avoir un service financé par le gouvernement fédéral. Plus large, plus moderne et plus rapide, il permet lui aussi de desservir tous les états mais plus rapidement. Ce projet commence alors à faire de l’ombre à la Route 66 qui est devenue trop vétuste pour supporter l’affluence du trafic.

Le 27 juin 1985 la route est déclassée et ne figure plus sur les cartes routières. Des associations commencent à voir le jour pour tenter de sauvegarder la route, tant son rôle dans l’histoire du pays est important. L’Arizona nomme le tronçon Seligman-Kingman, Historic Route 66.

Il est impossible aujourd’hui de relier Chicago à Santa Monica d’une traite sur la Route 66 car elle n’existe plus. Mais il est possible d’emprunter des tronçons, seuls vestiges encore en vie de cette période d’exode américaine.

« La 66 est la route des réfugiés, de ceux qui fuient le sable et les terres réduites, le tonnerre des tracteurs, les propriétés rognées, la lente invasion du désert vers le nord, les tornades qui hurlent à travers le Texas, les inondations qui ne fertilisent pas la terre et détruisent le peu de richesses qu’on y pourrait trouver. C’est tout cela qui fait fuir les gens, et par le canal des routes adjacentes, les chemins tracés par les charrettes et les chemins vicinaux creusés d’ornières les déversent sur la 66. La 66 est la route-mère, la route de la fuite ».

John Steinbeck, Les Raisins de la Colère

route66-2

Route66

Nous avons emprunté à trois reprises la Route 66 durant notre séjour. Nous avons commencé par le tronçon Seligman-Kingman, très fréquenté par le tourisme. On y trouve beaucoup de boutiques souvenirs et d’objets en tout genre qui rendent hommage à la route. Le lendemain nous avons fait un arrêt à quelques miles du célèbre Bagdad Café pour voir l’inscription Route 66 sur le bitume. Et pour finir notre séjour nous l’avons empruntée sur ses derniers kilomètres, afin de rejoindre Santa Monica.

Et parce que l’Amérique est une source d’inspiration pour la musique…

Demain nous irons à Newberry Springs sur les traces de Jasmin, l’héroïne de Bagdad Café et nous ferons un passage dans la ville fantôme de Calico. En attendant je vous laisse vous mettre dans l’ambiance en visionnant ces images sur la bande son du film 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !